Loading...
 

Preventative health and environmental illness

La santé, une question de prévention – Faire plus et mieux

Le Parti Vert croit que le déficit de notre système de santé n'est pas le fait d’un manque d'investissement mais d’une vision à court terme. Les politiques canadiennes en matière d'économie, d'environnement et de société engendrent la maladie plus rapidement que les structures de la santé ne peuvent la traiter. Le Parti Vert replace la question dans son contexte : ce que souhaitent les Canadiennes et les Canadiens, c’est la santé, pas seulement des soins de santé.

Notre stratégie « pour la santé » consiste à :
• adhérer sans réserve au principe d’universalité du système de santé, lequel doit être administré et financé par le secteur public;
• multiplier les occasions d’activités en plein air;
• rembourser les pratiques de médecine alternative, telles la chiropractie ou les traitements à base de plantes, dont l’efficacité a été démontrée;
• inciter les entreprises à favoriser la santé et à prendre des mesures de réduction du stress en milieu de travail;

Le Parti Vert est déterminé à mettre en place les conditions nécessaires à la santé : un logement adéquat, une alimentation saine, un emploi gratifiant, un milieu solidaire et un pays inspirant, dont on puisse être fier.


13 – La santé, une question de prévention – S'attaquer aux maladies évitables

Certaines maladies se développent au Canada à un taux alarmant. Les maladies cardiovasculaires, le cancer, le diabète, l’asthme, la dépression et l'obésité sont de plus en plus répandus. Ces maladies sont souvent évitables par une meilleure alimentation, un programme d’exercices approprié et un environnement sain. Le Parti Vert établira un groupe de travail pour développer une stratégie globale de la santé. La prévention, plus que l’approche curative actuellement privilégiée, assurera la stabilité de notre système de santé et de notre économie.

Le Parti Vert prendra des mesures pour :
• réduire l'incidence de l'obésité de 15 %, ce qui entraînera à la baisse l’incidence du diabète non insulinodépendant, de l’hypertension artérielle, des accidents cardiovasculaires et de l’insuffisance cardiaque;
• réduire l'incidence des cancers du sein, du côlon, du poumon et de la prostate de 15 %;
• faire en sorte que les prix du tabac et de la malbouffe reflètent les coûts réels associés à leur impact négatif sur la santé;
• s’assurer que Santé Canada ait les moyens de poursuivre les programmes de santé applicables aux autochtones, comme au reste de la population.